Marie-Stéphane VAUGIEN

95300 PONTOISE marie-stephane-vaugien

Vaugien.marie-stephane@orange.fr

Biographie

Née il y a plus de soixante ans de l’autre côté de la mer, en Algérie, de parents français. L’arrachement au pays natal dans les années soixante…

Des études prolongées avec plaisir jusqu’au doctorat de troisième cycle ( Lettres et civilisation américaines à la Sorbonne avec le passionnant Michel Fabre ).

Elle a l’amour des mots, de l’écriture depuis toujours. ( Enfant, elle se  »déchaînait » en contes et poésies sur une petite machine à écrire reçue un Noël 66…)

Mais pour le  »toit sur la tête », elle a beaucoup voyagé en tant qu’hôtesse et chef de cabine sur les long-courriers d’Air France et ce, pendant trente ans.

Elle vit seule, n’a pas d’enfant mais a… l’écriture à fleur de peau.

Elle est aujourd’hui, après 30 années d’hôtesse et de chef de cabine longs-courriers à Air France, auteur, novelliste, poète/slammeuse ( Pseudo de scène slam  »Fannyz ») et… comédienne.

Bibliographie

  • MALS A MON SLAM  : Poésies avec Brigitte Bellac ( Ed. Du Bord du Lot ) 2017

  • POCHETTE SURPRISE : Collectif de Nouvelles( Ed. Du Bord Du Lot ) 2016

  • ENTRE DEUX BLEUS : Témoignage( EnvolEmoi Editions ) 2015

  • SILENCE : Collectif de nouvelles ( Ed. Les Mots Migrateurs ) 2014

  • NUITS D’ENCRE ; Collectif de nouvelles ( Ed. Les Mots Migrateurs )

  • DEMONS DE VENUS : Poésies ( Ed. L’art en tout lieu ) 2003

  • RICOCHETS : Poésies ( Ed. L’art en tout lieu ) 2002

Discographie

    • VOLER, REVER : CD 13 titres

      extraits sur YOU TUBE à Marie-Stéphane Vaugien

Théâtre

    • ELLE GAGNE SA VIE EN VOLANT

      Un  »Seule en scène », adaptation de Entre Deux bleus par Moussa Lebkiri

E d b au bord de la mer

Je n’aurais jamais acheté de moi-même les mémoires d’une hôtesse de l’air, même si l’amabilité et l’élégance de ces dames a marqué mon enfance qui les admirait comme elle admirait (et même enviait) les majorettes et les speakrines de la télévision.  Ou plutôt justement à cause de cela.

Eh bien, j’aurais manqué quelque chose !

Autant le dire tout de suite, Marie-Stéphane Vaugien n’est pas une hôtesse de l’air comme les autres, si du moins ces « autres » correspondent à l’image qu’on s’en fait : à la fois mannequins et bonniches indétachables de leur carlingue, poupées polies à l’extrême dont les uniformes et les coiffures stylées ne paraissent rien cacher d’autre que leur prestation de service.

Pourtant, être hôtesse de l’air, quand on possède une humanité et une conscience, ce qui est précisément le cas de l’auteure, ça peut signifier certes la patience en vol avec les indésirables et la complicité plus rare avec ceux qui ont de l’humour. Mais aussi, à l’escale (surtout prolongée) l’art de la contemplation et surtout celui des rencontres improbables… C’est tout l’objet de ce livre. 

A d’autres moments inévitables il y a aussi le chagrin pour ceux de la confrérie qui disparaissent dans les crashes.  Et partout, la solitude acceptée comme un contrat d’exilée perpétuelle avec la vie.

Voici un livre très agréable à lire en raison de ses chapitres courts, qui forment comme autant de nouvelles.  Nouvelles-instants d’émerveillement, nouvelles-fragments de pensée philosophique, nouvelles-anecdotes.  Parmi celles-ci, d’assez terribles.  On ne peut pas laisser en Inde de petits échantillons de lait sur le sol de l’aéroport où errent des chats décharnés sans que les petits des hommes viennent eux-mêmes les laper à quatre pattes.  On ne peut pas non plus trouver sa place dans un train bondé si l’on n’a pas son pique-nique… qui alors, partagé, vous rend la banquette du wagon.  Mais on ne peut pas, à Bogota, nourrir les petits cireurs de souliers avec les restes des voyageurs sans que les plus grands viennent les battre pour les leur voler : vite, tout leur fourrer dans la bouche avant qu’ils arrivent !

En Afrique du Sud, alors que Mandela était encore en prison, on ne pouvait pas non plus prendre en auto-stop une petite écolière noire rentrant le soir dans sa brousse sans qu’elle se mette à pleurer parce que ce n’était pas possible, et surtout qu’on ne la croirait pas…

J’ai dévoré ce bouquin.  Faites comme moi.  

Chantal Grimm

Marie-Stéphane Vaugien : Entre deux bleus.  Envol’Emoi Editions.

ELLE GAGNE GOLD

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s