Humeurs de voeux 2022

Formulez vos vœux pour les Encres Mêlées : des vœux insolites, voire décalés ou même farfelus, ou bien humoristiques. Laissez votre imagination divaguer sans barrière. Une seule limite : ne dépassez pas 500 mots. Envoyez vos vœux d’ici le 31 janvier 2022

.


L’orange bleue

Est-ce un songe ou une réalité ?

J’avais rêvé d’une planète bleue de toute beauté

Où règneraient la solidarité , la considération,

Sans jalousie, toute en compréhension,

Une planète où les oranges vertes seraient bleues,

Où il n’y aurait plus de malheureux,

J’avais espéré un monde sans pollution,

Une vie tranquille , paisible sans oppression,

Des transports en commun, sortes de grosses chenilles,

Un circulation libre et gratuite , roulant sans énergie fossile,

Où l’air serait pur et frais , plus de gaz à effets de serre,

Où les habitants seraient libres et heureux sur cette terre.

Nicole Dubromer


2022 a timidement pointé son nez. Contrairement aux aînés de la famille, son arrivée s’est faite sans grandes pompes. Pas de foules pour acclamer son arrivée, pas d’embrassades entre inconnus dans les célèbres artères, peu de feux d’artifices et pas de festivités tonitruantes…Mais le petit dernier est bien là, accueilli discrètement dans l’intimité des familles et au sein de petits groupes d’amis et de proches.  Cette nuit-là beaucoup sont restés à l’écart et peut-être tout seuls. Peu importe. La vie continue…Certains mots que nous n’avions pas l’habitude d’utiliser, viennent à l’esprit et nous susurrent à l’oreille : résilience, courage, confiance…Les moments partagés avec nos êtres chers prennent un goût particulier. Se réunir, se retrouver ou partager du temps ensemble sont des plaisirs qui peuvent nous être enlevés et qui deviennent précieux. Nous arrivait-t-il toujours de regarder et de voir vraiment ces visages que nous aimons ? L’habitude quasi automatique des rafales de bises n’est plus de mise. On se regarde dans les yeux et on apprend à apprécier la présence de l’autre. C’est un nouvel apprentissage. Cela nous aidera-t-il à découvrir dans chaque autre sa juste valeur ? Le temps nous le dira. Le Namasté des Hindous honore la divinité dans ceux qui croisent leur route. Apprendrons-nous à saluer dans nos sœurs et frères humains des êtres de lumière, bien qu’imparfaits comme nous-même, mais en route comme nous sur le chemin de la vie. 2022 nous rend soudain conscient de notre fragilité et nous rappelle que tout peut basculer d’un moment à l’autre. Nous apprenons l’humilité et l’incertitude. Cette prise de conscience peut être une force. Sachons, nous en servir. Tournons le dos à l’orgueil des nantis et à notre égoïsme naturel. Nous ne sommes pas seuls sur ce bateau. 2022 nous promet de belles leçons de vie et d’humanité. Embrassons cette année avec un cœur ouvert. Créons notre vie autour de valeurs non cotées en bourse mais que nous savons impérissables. Investissons dans l’accueil bienveillant, le respect, la tolérance, l’AmourCette année nous aura alors appris à grandir tout simplement. Merci 2022 !
Michelle Champion


Une belle année Pleine de douceur, de rêves, devant une cheminée !C’est ce que l’on souhaitait, innocents, inconscients, à nos amis, à nos voisins, il y a peu…… Les amis ? Certains ont sombré dans les tombereaux d’inepties drainées par la pandémie. Les voisins ? Croisés furtivement, dissimulés par le masque, on a oublié leurs sourires. La cheminée ? Du Bellay ne pourrait plus sans culpabilité se demander « quand reverrai- je, hélas, de mon petit village fumer la cheminée ». Quelques siècles plus tard, le manant qui s’y hasarde déclenche les foudres de l’enfer. La douceur ? Que nenni, le bonheur d’exhiber son corps sans culpabilité n’est plus, ces degrés qui nous enchantent sur le sable chaud, indésirables à cette époque, nous plongent dans les affres d’une proche apocalypse. Une rose, encore là en décembre, Mignonne, quelle incongruité, témoin du dérèglement en marche……Que souhaiter donc ? La sagesse, le bonheur d’être là tant c’est pire ailleurs…… A l’Est, rien de nouveau, osant plagier les mots d’un écrivain célèbre…. Ailleurs, on bombarde, on extermine, on s’écharpe….. La galette passe difficilement !Je dois filer pour une urgence, me faire triturer le nez pour la troisième fois depuis le début de l’automne. Bonne année à tous et humez sans retenue les roses de ce printemps lorsque vous aurez retrouvé l’odorat !!! 
                                               Claudine Bouvier


Ma très chère amie,

Voici quelques nouvelles qui, je l’espère, vous parviendront en cette période de vœux, depuis mon lointain lieu de séjour.

Je vis dans un univers dont vous ignorez l’existence mais qui malheureusement est actuellement le mien. Tout le monde ici est confiné et, en ce qui me concerne, depuis plus de trois mois. Seule une heure de sortie par jour est autorisée pour une promenade dans la cour pendant laquelle nous devons respecter des gestes barrière, et notamment une distance de deux mètres entre deux personnes. Autant vous dire combien les conversations sont difficiles.

On nous a également proposé ( je ferais mieux de dire : imposé) des injections de vaccins expérimentaux en nous assurant que c’était pour le bien de l’humanité. Quelles en seront les conséquences ? Personne ne le sait.

Il fait très froid dans cette région retirée, les virus nous assaillent et l’infirmerie est saturée : les malades ne peuvent plus être pris en charge correctement et le personnel soignant se trouve complètement débordé.

Quelle chance vous avez de vivre maintenant dans Paris, cette belle capitale, à l’abri de tous les soucis que je vous décris ! Ici, nous sommes sous le joug d’une dictature qui n’ose pas dire son nom…

J’avais oublié de vous le préciser : je suis dans le goulag 215, près de Novossibirsk, au fond de la Sibérie entre le Kazakhstan et la Mongolie. Je ne sais pas quand j’en sortirai, mais je n’aurai qu’une hâte, celle de vous retrouver, très chère Natacha, et de vous serrer dans mes bras en respirant la liberté.

                                                                                                 Votre Igor

                                                                                                  05/01/2022

René Alletru


Chères Encres Mêlées

Je ne voudrais pas laisser s’éloigner ce mois de janvier sans vous souhaiter une :
« Bonne et heureuse Année 2022 »
et surtout une
« Bonne santé »
Ce dernier souhait me semble revêtir un caractère adapté au contexte pandémique
du moment.
Eh oui, 2022 se présente alors que les deux années précédentes nous ont offert des
cadeaux inoubliables et pérennes qu’elles ont déchargé dans la hotte de cette
année nouvelle.
Ces cadeaux bien empaquetés se nomment Covid et tout ce qui en découle.
Pour que 2022 ne soit pas aussi connoté virus que les années antérieures,
ne faudrait-il pas envisager de lever l’ancre pour quitter le port et le confinement
du moment :
lever l’ancre
pour unir les encres
afin qu’elles se mêlent
et créent des œuvres qui se produiront sur tous les fronts.
Les écrits, chères Encres mêlées,
qui constituent votre fonds de commerce,
ne sont-ils pas des armes de combat qu’il faut aiguiser pour les rendre
opérationnelles et efficaces.
L’efficacité de vos produits est indéniable du fait de la puissance des mots
qu’ils véhiculent.
Au final et pour conclure, je vous souhaite

Une année 2022 :
« BONNE
et
HEUREUSE »

Marie-Jo Sana